Partagez l'article

Connexion






Mot de passe oublié ?
Identifiant oublié ?
Pas encore inscrit ? Créer un compte

Up-coming events

There are no up-coming events

DSI et Architecture

Retrouvez dans cette section des informations généralistes et stratégiques sur la virtualisation. Cette section concerne aussi les aspects globaux de la conception des systèmes d'informations virtualisé (Projets, best practices, Guides...)

N'hésitez pas à proposer un article sur cette section en devenant un contributeur de notre communauté.



Agile, qu'est ce qu'un MVP ? PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Cédric Bravo   

Depuis quelques mois, je travaille selon la méthodologie Agile sur un projet de cloud privé.

Bien qu'un peu déconcertante au début pour les profanes, cette méthode s'avère très efficace dans le cadre de projet d'innovation très complexes, ou le niveau d'incertitude et d'inconnu est important à l'horizon.

Lors d'une réunion, je me suis rendu compte que la notion de MVP (Minimum Viable Product) n'était pas bien comprise par l'équipe. C'est pourtant un des piliers de la démarche Agile. Pour cette raison, je me suis un peu aidé d'internet pour réaliser cette définition qui ne se veut pas universelle.

 

Qu'est-ce que le MVP ?

En méthode agile, le MVP (Minimal Viable Product) n'a rien à voir avec le "Most Valuable Professionnal" de Microsoft :)

Le MVP est une notion centrale de la méthode agile. Le MVP est le résultat du cycle d'itération et d'amélioration continue (la fameuse roue de Deming).

Le concept de MVP peut se décliner pour tout livrable dans le cadre d'un projet qui se déroule en Agile.

Quel est le but du MVP ?

Fournir rapidement un « livrable » répondant à un besoin minimal exprimé par le client (le client étant celui qui va utiliser / consommer le MVP). Le livrable pouvant être une nouvelle fonctionnalité, une amélioration etc.

Le MVP permet de valider ou d'invalider (Droit à l’erreur) des hypothèses dans le cadre d'une approche itérative. A sa création il permet de produire une situation de départ qu'il est possible d'observer et d'améliorer sur la base des retours utilisateurs.


Note : La démarche agile s'appuie sur les retours utilisateurs (on passe d'un développement à l'instinct, "je pense que les clients ont besoins de ça", à un développement basé sur des retours factuels, "les clients me demandent ça") Cette démarche permet de maximiser la création de valeur en évitant de "louper" sa cible et de dépenser des ressources sur des éléments à faible valeur ajoutée.

En bref, on arrête de se faire plaisir messieurs les ingés !
:)


Le MVP est au cœur de la démarche agile
qui s'appuie sur les itérations successives pour dissiper l'inconnu, par opposition à une méthode prédictive cherchant à définir un produit finalisé et à dissiper le maximum d'inconnues avant même de commencer à produire quoi que ce soit.

Les méthodes agiles sont plus efficaces quand :

  • Les besoins exprimés sont instables st difficile à prévoir (fort taux d'incertitude au début du projet)
  • La communication au sein de l’organisation est complexe
  • Les choix sont instables et imparfaits dès le démarrage du projet.

Un MVP Doit Apporter rapidement de la valeur.

La valeur peut se résumer par toute fonctionnalité ou amélioration participant à l’atteinte des objectifs métiers.

La priorisation de ces fonctionnalités ou améliorations est la responsabilité du Product Owner (PO).

Exemple de deux Users Story :

  1. Déployer une instance Kibana afin de consolider les logs et faciliter le troubleshooting = MVP
  2. Déployer une infrastructure de supervision et de monitoring complète et hautement disponible afin de consolider les logs, faciliter le trouble shooting et surveiller les services = Pas MVP

La première User Story est rapidement réalisable et apporte immédiatement de la valeur au projet. La seconde est en contradiction avec le concept agile car c’est une cible qui ne pourra être atteinte qu’après plusieurs itérations. Travailler sur cette user story sans passer par des étapes intermédiaires aurait pour effet de ralentir le débit de création de valeur et d’augmenter considérablement le « work in progress ».

Toute l’équipe agile doit être focalisée sur un objectif, apporter un maximum de valeur à chaque itération et réduire le WIP.

 

Ce que n'est pas le MVP

Le MVP ne cherche pas à couvrir des fonctionnalités ou des besoins pour lesquels il y a peu de visibilité (ex : ça serait bien de faire ça…,  on pourrait en avoir besoin si jamais.., le client « pourrait » avoir besoin de ça…, ça serait bien de…). Le besoin ne doit pas être incertain.

  • Le MVP ne couvre pas plusieurs fonctions on ne répond pas à des besoins complexes.
  • Le MVP n’est pas un produit « Quick and Dirty », il est Viable (tant qu’il répond aux besoins) et peut être amélioré par itération.


Pour conclure.

Le concept même de la méthode agile nécessite de réfléchir à la manière d’apporter de la valeur, non pas dans 6 mois, non pas dans 3 mois, mais à chaque itération.

La démarche Agile, c'est 20% de méthodologie et 80% d'état d'esprit... il est donc indispensable de comprendre et d'adhérer à la philosophie pour travailler de concert sur ce mode. Pensez cycles cours !

Mise à jour le Samedi, 02 Décembre 2017 11:56
 
Nouveautés Licensing Windows Server 2016 PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 18
MauvaisTrès bien 
Écrit par Cédric Bravo   

Licensing Windows 2016, ce qui change et ce que cela implique

En passant du socket au coeurs physique, la modification du mode de licensing de Windows Server 2016 a encore fait l'effet d'une petite bombe dans le milieu IT.

Comme de coutûme, les effets de cette modification sont complexes et risquent d'impacter les choix d'architecture, non seulement pour les clients Hyper-V, mais aussi pour les clients Vmware qui utilisent les licences Datacenter pour leurs VM Windows. La virtualisation étant notre focus, nous allons nous concentrer sur le cas des licences Datacenter.

Pour résumer, les licences Datacenter autrefois indexées sur le nombre de socket de la machine physique, vont désormait être indexées sur le nombre de coeurs.

 

La fête est finie !

Le licensing Datacenter 2012 R2 bénéficie actuellement d'un effet "plafond", son prix étant limité par le nombre de socket.

Avec la montée en puissance des processeurs et du nombre de coeurs par socket, ce mode de comptabilisation n'est plus représentatif de la puissance de la machine.

Les licences Datacenter donnant le droit de déployer un nombre illimité de machines virtuelles par serveur physique, le licensing Datacenter 2012 s'avérait particulièrement intéressant pour des plateformes très denses, avec une puissance CPU très importante par host.

Avec le nouveau mode de comptabilisation, ce sera désormais terminé. Plus votre machine est puissante, plus le coût de licence sera important.

 

En résumé, voici les nouvelles caractéristiques du mode de licencing 2016 indéxé sur le nombre de coeurs.

  • Les licences au coeurs sont vendues par pack de 2 (Le Core Pack).
  • Chaque processeur physique (socket) doit être couvert à minima par 8 licences (soit 4 Core Pack).
  • Chaque serveur physique doit être couvert à minima par 16 licences (soit 8 Core Pack).

 

Microsoft annonce que pour une machine Dual Socket 8 Coeurs par CPU, une licence 2016 Datacenter coutera le même prix qu'une licence Datacenter 2012 R2.

Cela signifie, que si vos serveurs de virtualisation dual socket disposent de 8 coeurs ou moins, vous ne subirez aucune augmentation de tarifs.

C'est assez prudent, les processeurs 8 coeurs étant disponibles depuis plus de 3 ans.

 

Quel impact financier pour les clients sous Software Assurance ?

La Software Assurance est un engagement négocié pour 3 ans qui autorise (entre autres avantages), le client à utiliser les dernières versions des OS Microsofts, avec la possibilité de "downgrader" sur des versions antérieures toujours couvertes par le support.

Lors du renouvellement de leur contrat, les clients SA basculeront automatiquement vers le nouveau mode de licensing. Les serveurs 2012 R2 Datacenter installés dans le parc devront alors être comptabilisés comme des serveurs 2016.

 

Le tableau ci-dessous propose une représentation graphique de l'augmentation qui va résulter en fonction du type de matériel.

Nous sommes partis sur la base d'une licence Datacenter 2012 R2 à 6000$, cependant, les tarifs indiqués sont totalement fictifs, ils ne sont là que pour servir de base de comparaison.

 

Licences2016 

Ce tableau nous montre que pour les machines de moins de 2 Socket et 8 Coeurs par CPU, il n'y aura pas de changement de tarifs, mais au delà, la facture peu se montrer salée.

 

Exemple :

  • Si vous disposez de serveurs de production Dual Socket, 10 Coeurs, vous subirez 25% d'augmentation par serveur couvert.
  • Si vous disposez de serveurs de production Quad Socket 18 Coeurs, vous subirez plus de 100% d'augmentation par serveur couvert !

 

Et ce à périmètre et fonctionalitées identiques, car le nouveau mode de licensing s'applique sur tous vos serveurs, qu'ils soient 2012 ou 2016.

Bien sûr, ces éléments ne tiennent pas compte des différentes remises et négociation qui peuvent s'appliquer selon les cas de figure. Ils posent cependant la base de la négociation.

 

Windows Server 2016, de nouvelles fonctionalités pour les scénarios avancés

Comme 2012, 2016 sera disponible en 2 versions, "Standard" et "Datacenter". Cependant, la pluspart des fonctionalités "avancées" seront uniquement disponibles avec l'édition Datacenter.

  • Nouvelle stack SDN basée sur Vxlan (d'inspiration Azure).
  • Introduction des containers et des Hyper-V container.
  • Evolution de la stack stockage avec l'introduction de la réplication synchrone et la gestion du tearing SSD.

Ces différentes fonctionalités ouvrent le support de scénario Hyper-Convergés, positionnant Windows Server 2016 en concurence frontale avec les solutions Vmware Vsan et Nutanix.

Sans rentrer dans les détails on peut déjà affirmer que Windows 2016 sera une version majeure, marquant un véritable tournant de Microsoft dans le domaine du Cloud Privé et Public.
 

Favoriser l'adhésion à Azure des clients sous Software Assurance.

Une des raisons du changement de licensing est l'Alignement du "on premise" avec le licensing Azure.

C'est assez logique si on considère que la facturation Azure est indexée sur l'usage, alors que l'effet plafond évoqué plus haut sur les licences Datacenter 2012 R2 impliquait exactement l'inverse.

Avec Azure, plus vous consommez, plus vous payez. Avec le licencsing Datacenter 2012 R2, c'était l'inverse, plus vous installez de VM par serveurs, quel que soit la puissance du serveur, moins vous payez (à la VM...).

Ce réalignement est donc aussi destiné à rendre moins attractif l'hébergement "On Premise" vis à vis de Azure.

Les clients SA disposeront également de facilités pour porter leur licences dans Azure.

 

Annoncé en octobre 2015, les clients sous SA pourrons uploader leurs images dans Azure en ne payant que les coûts de compute (la quotte part concernant la licence ayant déjà été payée).

  • Une licence 2012 R2 Standard sous SA donnera droit à 2 instances Azure de 8 coeurs chacune, ou une instance de 16 Coeurs, mais il n'est pas possible de l'utiliser pour faire tourner une machine "On premise".
  • Une licence 2012 R2 Datacenter sous SA, donne les mêmes droits dans Azure, mais conserve sont droit de faire tourner des machines virtuelles sans limites "On premise".

Ceci ne représente pas une révolution en terme de nombre d'OS, une licence Standard donne déjà droit à 2 instance virtualisées "On Premise". Cependant, elle facilite l'accès à Azure pour les clients historiques.

 

Conclusion :

Nul doute que ce changement va faire encore parler de lui. Beaucoup de client n'en mesurent pas encore les conséquences, principalement parce qu'ils n'ont pas une vision claire de la composition de leur parc.

Ce changment pourrait aussi se retourner contre Microsoft, en favorisant l'utilisation d'OS Linux, déjà massivement utilisé dans le cloud. On peu aussi se souvenir d'éditeurs avec des approches similaires contrains de faire marche arrière (Ex : Vmware avec la facturation à l'usage).

Mise à jour le Lundi, 25 Avril 2016 15:41
 
CPS (Cloud Platform System) L'hyperconvergences par Microsoft et Dell PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Cédric Bravo   

Azure On premise avec Cloud Pack System (CPS)

cps

CPS est la réponse de Microsoft et de Dell à l'emergence des solutions HyperConvergées. CPS est une solution clef en

main pour disposer d'une infrastructure "Azure like" on premise.

Basée sur WAP (Windows Azure Pack), Hyper-V et System Center 2012 R2, CPS s'appuie sur un stockage Scale out

File Server avec base JBOD et Storage Space..

Un seul interlocuteur, un seul numéro de téléphone, celui de Microsoft.

Pour plus d'information, vous pouvez vous référer à ma page CURAH qui consolide les informations sur cette nouvelle

solution.

https://curah.microsoft.com/245118/cloud-platform-system-cps-somes-ressources-to-start-with

Mise à jour le Mercredi, 03 Décembre 2014 14:36
 
Architecture et déploiement des Cluster Hyper-V / SCVMM 2012 SP1 - Best practices PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 21
MauvaisTrès bien 
Écrit par Cédric Bravo   

Téléchargez notre livre blanc "Guide d'architecture Hyper-V / SCVMM 2012"

SCVMM2012 Best Practices

Mise à jour le Mercredi, 25 Mai 2016 17:25
Lire la suite...
 
Windows Azure Backup et DPM 2012 SP1 Comment ça marche et combien ça coute ? PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 
Écrit par Cédric Bravo   

DPM 2012 SP1 et Windows Azure Backup (Beta) comment ça marche et combien ça coûte ?

 

Actuellement disponible en version Beta dans, Windows Azure Backup vous permet de gérer l'externalisation de vos sauvegardes à partir de System Center 2012 Data Protection Manager SP1.

 

Principe de fonctionnement :

L'utilisation des sauvegardes Azure avec DPM 2012 SP1 se positionne comme une alternative à l'externalisation des bandes. En effet, Windows Azure Backup fonctionne tout simplement comme un espace de stockage permettant de dupliquer les sauvegarde sur disque dans le cloud.
Windows Azure Backup

Mise à jour le Mercredi, 07 Janvier 2015 19:09
Lire la suite...
 
« DébutPrécédent1234SuivantFin »

Page 1 sur 4
Bannière

Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.